COLLECTIF D'ARTISTES / LIEU DE CRÉATION / ZONE DE PARTAGE ARTISTIQUE & POLITIQUE / BREST

« Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde. »  Paolo Freire

Le Maquis recherche un.e chargé.e de coordination ! Voir l'offre

 

LES BELLES HISTOIRES DE KEROURIEN - 50 ANS - OCTOBRE 2018 - QUELQUES PHOTOS ICI

 

Domitille Germain & Lucie Lautrédou

La création

Le point de départ est le texte de La petite sirène d’aujourd’hui, adapté du conte d’Andersen par la conteuse Domitille Germain, publié aux Editions Hatier en janvier 2019 dans une collection scolaire. Le conte traditionnel est détourné pour évoquer la pollution des terres et des mers, mais aussi le rapport à l’étranger et à l’identité à travers le monde de l’eau de la petite sirène et le monde de l’air du prince. Dans cette version, après l’étape initiale du sacrifice de la petite sirène pour rejoindre le prince, elle retourne vers son propre monde puis les deux amoureux inventent un langage commun entre « monde l’eau » et « monde de l’air » respectueux des deux mondes.

Créer un langage commun entre conte et danse :
La forme, entre conte et danse, reflète le fond du propos : un langage commun est créé entre récit et geste, entre parole et corps. Les temps de création permettent d’inventer ce langage commun, qui traverse au moins les quatre relations corps-texte suivantes :
- L’incarnation de l’identité de personnages
- L’illustration des émotions qui les traversent
- La dissonance puis l’harmonie de la relation qui les relient
- la résonance où les corps évoquent l’ambiance décrite, le ton de la voix, le temps qui passe dans l’histoire ou son suspens

C’est surtout la résonance qui guide leur recherche : trouver la vibration qui traverse les corps et les paroles des deux artistes en scène afin de développer un langage unique à deux voix et deux corps. Une succession d’improvisations guidées sous contraintes permettent de développer ce langage, et de transcrire ce spectacle vers le plateau.
Les corps et les mots font naître les images de l’histoire dans la tête du jeune public.

Du 14 au 25 janvier 2019 en résidence au Maquis

Au cours de la résidence

En partenariat avec le GPAS (Groupe Pédagogique d'Animation Sociale) : les enfants du quartier de Kerourien et du Valy Hir rencontrent le duo tout au long de la résidence afin de découvrir le processus de création. Un atelier est réalisé autour de la prise de parole.

En partenariat avec le centre social Couleur Quartier : les enfants de Kerourien participent à un atelier de pratique proposé par le duo.

 

Présentation 

Vendredi 25 janvier à 17h et 18h30 : Présentation d'étape de travail : Sirènes - Conte et danse jeune public - Infos ICI